Jazz : Soirées Club Business 06 à Juan les Pins

juin 18th, 2012 | Edité par Emmanuel GAULIN dans 2. Evènements du Club

 
 
 

 

 

Jazz à Juan, 52ème festival de jazz à Antibes Juan-les-pins

 

 

Norah Jones

Vendredi 13 juillet 2012

Norah Jones

Les inscriptions sont closes

 

De grands yeux noirs malicieux, une voix douce et caressante, des « Grammy Awards » à la pelle (13 à ce jour !), la gloire internationale, le talent reconnu ! Norah Jones a su démontrer qu’elle n’était pas que belle, incontestablement. En quelques albums, la fille de Ravi Shankar s’est imposée comme une artiste incontournable, se révélant déterminée certes, pleine d’humour, habitée cependant par une mélancolie aussi inattendue que… bienvenue ! Arrangements subtils et inventifs, dans une veine rêveuse qui lui va comme un gant… Même les néophytes apprécient son style sans fioritures qui rend sa partition si légère, si tendre. Nombreux sont ceux qui ont flirté avec l’univers du jazz grâce à son premier album: « Come away with me ». 

Jazz à Juan les Pins

 

 

Sonny Rollins

Mardi 17 juillet 2012

Sonny Rollins

Les inscriptions sont closes

 

« Il se courbe vers le sol pour labourer la matière sonore jusque dans les entrailles de la terre Et, soudain, surgit du ténor comme une voix caverneuse, pleine, dense, ébouriffante, à la manière d’une tornade. Ou alors, Sonny lève le pavillon au ciel de son saxophone et lance une prière, en tenant un long souffle continu. Impressionnant. » Fara C (L’Humanité) le dit bien : avec Sonny, le bonheur est au bout des oreilles, et du corps, et du coeur ! Puissance, sensualité, latinité revendiquée… « Saxophonus Colossus » a tout connu, du bop à la ballade, en passant par de folles sarabandes et le calypso de ses Iles Vierges natales.

Respecté par ses pairs, adulé par son public, musicien exigeant qui a su ne rien oublier du son puissant de Coleman Hawkins, du style décontracté de Lester Young, de l’esprit libertaire de Charlie Parker, ni de la fougue rythmique de Louis Jordan, Sonny Rollins est l’incarnation même du jazz. Et toujours au présent le plus immédiat, sachant se faire zéphyr ou aquilon, danser tout en lançant ses notes, ses éclats-pépites allant du grave le plus sombre à l’aigu le plus volcanique. Le mot de la fin revient à Michel Contat (Télérama) : « On découvrirait aujourd’hui un saxophoniste qui joue de cette façon, on dirait : Ce type est le plus grand jazzman vivant. Oui, et il s’appelle Walter Theodore Rollins depuis 1930, dit Sonny (« Fiston ») depuis 1947 (son premier disque !).» Le phénix est à Juan cette année ! 

Jazz à Juan les Pins

 

 

Keith Jarret - Jazz à Juan

Vendredi 20 juillet 2012

Keith Jarret, Gary Peacock & Jack Dejohnette

Les inscriptions sont closes

 

Juan. Pinède Gould. 23 juillet 1966, 204e jour de l’année du calendrier grégorien (205e en cas d’année bissextile)… Alors que l’on commente la disparition de Montgomery Clift, en ce moment crépusculaire où le soir qui tombe sur la pinède est une promesse de bonheur, Charles Lloyds entre en scène, accompagné d’un jeune et troublant pianiste de 21 ans, Keith Jarrett. Outre Cecil McBee, Jack DeJohnette est de la fête aux « drums ».
 
23 juillet 1985 : « Jazz à Juan » fête son quart de siècle. A l’affiche, un trio crée l’évènement, un trio exceptionnel qui remet sans cesse tout en jeu pour dépasser l’acquis, inventer, surprendre, proposer une musique toujours en devenir, un trio qui deviendra vite l’étalon sublime, la référence universelle : à l’affiche Gary Peacock, Jack DeJohnette et… Keith Jarrett.
 
« Never ending story »… Depuis 1985, ils sont restés fidèles à leur rendez-vous de Juan. Et si chacun peut comprendre que l’on puisse être plus en accord avec l’une ou l’autre de leurs prestations, il n’en reste pas moins qu’elles sont mémorables ; c’est, à chaque fois, un nouveau monde à découvrir. Comme le fait observer malicieusement Keith (Jarrett !), ils sont ensemble depuis plus longtemps que les Stones, exhumant, décortiquant, redéployant dans sa pureté originelle une musique hors du temps qu’ils construisent avec chaleur, explorant attentivement un riche trésor qui constitue l’essence même du jazz… Ce qu’ils feront à nouveau en cette soirée 2012, avant que Gary et Jack ne laissent le dernier mot à Keith, dont les dernières notes iront se perdre dans le doux clapotis de la Méditerranée, ourlée des braises rougeoyantes des lumières de la Côte.

Jazz à Juan les Pins

 

 

Inscription aux soirées Jazz à Juan de 20h30 à 23h00,

et au Jazz Club sur la Plage Hotel Ambassadeur, de 23h00 à 1h30

 

 

 

INSCRIPTIONS CLOSES

Nombre de places limité