Rendez-vous : Soirée Salut les p’tits clous – Numéricar & Elegance, le 18 septembre 2009

août 19th, 2009 | Edité par Emmanuel GAULIN dans 4. Rencontres Réseaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Monte Carlo Records : la nouvelle vie de Marc Toesca

http://www.monaco.maprincipaute.com/actu/actudet.php?abo=1039733&serv=141&idDoc=1058334&idCla=loc&utm_source=ofmnewsletter&utm_medium=lettredinformation&utm_campaign=actualiteville&xtor=EPR-300-%5blettredinformationactualite%5d-20090905-%5bactualiteville%5d  

Marc Toesca, ancien animateur du Top 50 sur Canal + est à la tête aujourd'hui d'un label de musique, en Principauté.
: Photo Eric Dulière

 

Dans son bureau, des photos encadrées comme des disques d'or. Pose avec Gainsbourg, avec Cabrel… Les clichés font face à un clavier. Plus de doute, Marc Toesca est un amoureux de la musique. Depuis son repaire sur le port de Monaco, l'ancien animateur du mythique Top 50, ne présente plus la musique. Aujourd'hui, il la frabrique. Producteur, éditeur, découvreur de talents musicaux via Monte-Carlo Records, label indépendant créé il y a deux ans. Un challenge « où j'ai engagé ma fierté, mon orgueil et mon nom » et qui l'occupe désormais à plein temps. Changement de cap depuis ses débuts : la création d'une radio libre en Italie, l'antenne de RMC, boulevard Princesse-Charlotte. Puis 1984, la création de Canal +. Et de l'émission du Top 50. Son « Salut les ptits clous » reste tout aussi mythique que ses chemises bariolées qu'il a remisées désormais au fond de son dressing.

Et c'est à Monaco et nulle part ailleurs que ce Niçois pur souche marié à une Monégasque a voulu développer son label. Pas à Paris, où, il y a quelques années, on lui avait proposé un même projet. Monte-Carlo, une caution facile à imposer dans un univers trusté par les sirènes parisiennes ? « Disons que Monte-Carlo, cela apporte une touche glamour au label. Et puis c'est devenu tendance pour beaucoup d'artistes de sortir des grandes maisons de disques pour se faire produire par des labels indépendants ». Le chanteur Nicolas Ghetti, la voix Yara Lapidus, le groupe Köma constituent le catalogue d'artistes actuel de Monte-Carlo Records. Marc Toesca aussi est fier d'avoir signé Arnold Turboust. Cet « artisan » des premiers albums d'Etienne Daho vient de rejoindre l'écurie monégasque pour enregistrer un album qui devrait paraître en fin d'année. Le 4 novembre exactement, date symbolique pour Marc Toesca. Le 4 novembre 1984 était diffusé le tout premier Top 50. Marc Toesca quitte le navire en 1991. Et devient producteur, notamment d'images de sports extrêmes. Avant de renouer aujourd'hui avec la jungle musicale, forte de « la révolution Internet ». A Paris, c'est une agence de communication prend le relais de Monte-Carlo Records. « Le plus difficile c'est la promotion des jeunes artistes de labels indépendants dans un paysage audiovisuel. Le business a changé. On vend l'image d'abord avant de vendre des chansons » En bon producteur renifleur de talent, Marc Toesca garde l'oeil et l'oreille sur les artistes locaux. « En région PACA, il y a de quoi faire » confirme-t-il. Un projet est en cours avec Washing Majazz, groupe niçois. D'autres artistes du coin sont dans son giron. Objectif de Monte-Carlo Records : « garder une taille familiale » tout en se colorant « de tous les genres musicaux ». Savoir + www.myspace.com /montecarlorecordsCédric Verany Monaco-Matin